Le site du jeu vidéo et du gaming
Le jeu vidéo, une passion

Histoire des jeux vidéos

Le jeu vidéo et maintenant l’e-sport sont devenus des secteurs d’activité important de l’industrie des loisirs. quel jeune de nos jours ne possède pas une console ou ne télécharge pas des jeux sur son smartphone. Retraçons l’histoire du jeu vidéo.

Le premier jeu vidéo de l’histoire

En 1952, un scientifique de l’université de Cambridge a créé le premier jeu vidéo et lancé ce qui allait devenir l’un des plus grands phénomènes sociaux.

En 1952, A.S. Douglas préparait sa thèse de doctorat à l’université de Cambridge sur l’interaction homme-machine. Il avait donc accès à une machine de calcul électronique ESDAC rudimentaire, mais relativement puissante – si primitive selon nos normes que les numéros étaient entrés à l’aide d’un composeur de numéros de téléphone.

Comme cette machine avait un petit écran de 35×16 pixels sur lequel les résultats de Douglas étaient affichés, il n’a pas fallu longtemps pour comprendre comment l’utiliser pour rendre votre temps au laboratoire plus agréable.

Après avoir joué à des comptes aléatoires, juste pour le plaisir, il a réalisé qu’il pouvait programmer un petit jeu. C’est ainsi que commence le développement de ce qui sera le premier jeu vidéo de l’histoire : un simulateur en ligne à trois étapes ou Tic Tac Toe ou ta-te-ti.

Après plusieurs jours de programmation à se battre contre un langage rudimentaire et primitif, il a réussi à faire jouer la machine et à répondre efficacement aux mouvements de son adversaire.

Le plateau de jeu était divisé en 9 champs et un numéro était attribué à chacun d’entre eux, de sorte qu’en utilisant le cadran, nous pouvions dire à l’ordinateur où placer notre croix ou notre cercle. Cela permettait à deux personnes partageant la même équipe d’y jouer.

Le tennis, premier jeu entre humain

En 1958, William Higginbotham a créé, à l’aide d’un programme de calcul de trajectoire et d’un oscilloscope, Tennis for Two : un simulateur de tennis de table destiné à divertir les visiteurs de l’exposition du Brookhaven National Laboratory.

Ce jeu vidéo a été le premier à permettre le jeu entre deux joueurs humains. Quatre ans plus tard, Steve Russell, étudiant au Massachusetts Institute of Technology, a passé six mois à créer un jeu informatique utilisant des graphiques vectoriels : Spacewar.

Dans ce jeu, deux joueurs contrôlent la direction et la vitesse de deux vaisseaux spatiaux qui s’affrontent. Le jeu, qui fonctionnait sur un PDP-1, a été le premier à connaître un certain succès, bien qu’il ait été à peine connu en dehors du milieu universitaire.

En 1966, Ralph Baer a commencé à développer, avec Albert Maricon et Ted Dabney, un projet de jeu vidéo appelé Fox and Hounds, donnant naissance au jeu vidéo familial. Ce projet allait évoluer vers l’Odyssée Magnavox, le premier système de jeu vidéo à domicile sorti en 1972 qui était connecté à la télévision et permettait de jouer à plusieurs jeux préenregistrés.

Les années 70 ont vu émerger les jeux vidéo

histoire-jeux-videoUne étape importante dans les débuts des jeux vidéo a eu lieu en 1971 lorsque Nolan Bushnell a commencé à commercialiser Computer Space, une version de Space War, bien qu’une autre version récréative de Space War comme Galaxy War l’ait peut-être devancé au début des années 1970 sur le campus de l’université de Stanford.

Il est intéressant de noter qu’il faudrait exactement deux décennies pour que la première génération de consoles de jeux vidéo arrive sur le marché. Même à l’époque, il s’agissait d’un petit marché, extrêmement petit, qui ne représentait même pas une fraction microscopique du marché géant des jeux vidéo d’aujourd’hui, évalué à des centaines de milliards d’euros.

L’essor des jeux vidéo est venu avec la machine d’arcade Pong qui est considérée comme la version commerciale du jeu Tennis for Two de Higginbotham. Le système a été conçu par Al Alcom pour Nolan Bushnell dans le nouvel Atari.

Le jeu a été introduit en 1972 et a été la pierre angulaire de l’industrie des jeux vidéo. Au cours des années suivantes, de nombreuses avancées techniques ont été mises en œuvre dans les jeux vidéo (notamment les microprocesseurs et les puces mémoire).

La naissance des jeux devenus légendes

En 1978, une étape importante dans l’histoire des jeux vidéo a eu lieu : Space Invaders. Créé par Taito et importé par Midway, ce jeu a révolutionné l’industrie du jeu vidéo car, entre autres choses, il stockait les meilleurs scores, mais pas les initiales du joueur.

Un an plus tard, Atari a développé Lunar Lander, le premier jeu de graphisme vectoriel de la société. En fait, c’était à l’origine un jeu sur ordinateur central, qui consistait en quelques lignes de texte avec des informations sur la vitesse et la distance à la surface de la lune. Atari a ajouté les graphiques et un joystick, ce qui en fait le premier simulateur de vol de tous les temps.

Toujours en 1979, Atari a produit un autre succès avec Asteroids. Une nouveauté d’Astéroïdes était la possibilité de stocker les initiales du joueur à côté des meilleurs scores. 1979 voit également la naissance d’un classique : le Galaxian de Namco. Enfin, cette année-là, Sega a introduit un jeu simple appelé Monaco GP (à ne pas confondre avec Super Monaco GP, qui est sorti dix ans plus tard).

En 1980, Atari a de nouveau connu un succès sans précédent avec Battlezone, un simulateur de chars avec le premier environnement 3D. Elle a tellement impressionné l’armée américaine qu’elle a commandé à Atari une version améliorée pour la formation de ses pilotes de chars. Cette même année, Stern Inc. en collaboration avec Universal Research Laboratories a développé Berzerk, un jeu comprenant un synthétiseur vocal et capable de dire 30 mots. Cette année-là également, une société appelée Amstar, basée à Phoenix, en Arizona, a lancé Phoenix.

Sans aucun doute, 1980 a été une grande année pour l’industrie des jeux vidéo. En plus des deux matchs mentionnés ci-dessus, le Defender de Williams a également fait son apparition cette année-là. L’importance de ce jeu est énorme, puisqu’il a été le premier jeu à inclure un monde « artificiel » dans lequel les choses se passent en dehors de l’écran. C’était aussi le jeu qui comportait le plus de contrôles à l’époque : un levier et cinq boutons. Une autre grande nouveauté cette année-là était le Missile Command d’Atari, dans lequel le joueur devait intercepter des missiles se dirigeant vers la Terre. Cette même année, Midway a accordé à Namco une licence pour l’un des jeux vidéo les plus célèbres et les plus réussis de l’histoire : Pac Man.

1980-1989 : La décennie des consoles 8 bits

Les années 80 ont commencé par une forte croissance du secteur des jeux vidéo, encouragée par la popularité des arcades et des premières consoles vidéo apparues dans les années 70.

Au cours de ces années, des systèmes tels que :

  • Oddyssey 2 (Phillips),
  • Intellivision (Mattel),
  • Colecovision (Coleco),
  • Atari 5200,
  • Commodore 64,
  • Turbografx (NEC)

se développent.

Les entreprises associées à cette nouvelle industrie ont réalisé de grandes choses dans ces premières années 80, mais néanmoins, en 1983, la crise dite des jeux vidéo a commencé, touchant principalement les États-Unis et le Canada, et qui ne prendra fin qu’en 1985.

Le Japon a parié pour le monde des consoles avec le succès de la Famicom (appelée en Occident Nintendo Entertainment System), lancée par Nintendo en 1983 alors qu’en Europe elle s’est orientée vers les micro-ordinateurs comme le Commodore 64 ou le Spectrum.

Après leur crise particulière, les Américains ont poursuivi la voie ouverte par les Japonais et ont adopté la NES comme principal système de jeu vidéo. Tout au long de la décennie, de nouveaux systèmes domestiques sont apparus tels que le Master System (Sega), l’Amiga (Commodore) et le 7800 (Atari) avec des jeux désormais considérés comme des classiques tels que Tetris.

À la fin des années 80, les consoles 16 bits comme le Mega Drive de Sega ont commencé à apparaître et les micro-ordinateurs ont été lentement remplacés par des ordinateurs personnels basés sur des architectures IBM.

En 1985 est apparu Super Mario Bros, qui a marqué un tournant dans le développement des jeux électroniques, car la plupart des jeux précédents ne contenaient que quelques écrans qui se répétaient en boucle et le but était simplement de faire un score élevé. Le jeu développé par Nintendo a été une explosion de créativité. Pour la première fois, nous avions un but et une fin dans un jeu vidéo. Dans les années qui ont suivi, d’autres entreprises ont imité leur style de jeu.

Dans le domaine des jeux d’arcade, des jeux tels que Defender, Rally-X, Dig Dug, Bubble Bobble, Gauntlet, Out Run et Shinobi se sont distingués, et il y a eu un changement de nationalité des jeux, le Japon devenant le plus grand producteur.

Une autre branche des jeux vidéo qui a connu une forte croissance est celle des jeux vidéo portables. Celles-ci ont commencé au début des années 1970 avec les premiers jeux entièrement électroniques sortis par Mattel, qui pouvaient difficilement être considérés comme des jeux vidéo, et ont gagné en popularité grâce à la conversion de jeux d’arcade comme ceux de Coleco ou de microjeux addictifs comme Game & Watch de Nintendo. L’évolution définitive des portables en tant que plates-formes de jeux vidéo a eu lieu en 1989 avec le lancement du Game Boy (Nintendo).

Le début des années 90, le tournant dans l’histoire avec les consoles 16 bits

Au début des années 1990, les consoles de jeu ont fait un grand bond en avant sur le plan technique grâce à la concurrence de la « génération 16 bits » composée du Mega Drive, de la Super Nintendo Entertainmet de Nintendo, du PC Engine de NEC, connu sous le nom de Turbografx à l’Ouest, et du CPS Changer de Capcom.

Avec eux est également apparue la Neo Geo (SNK), une console qui correspond aux performances techniques d’une salle d’arcade mais qui est trop chère pour atteindre massivement les foyers.

Cette génération a entraîné une augmentation significative du nombre de joueurs et l’introduction de technologies telles que le CD-ROM, une évolution importante dans les différents genres de jeux vidéo, principalement grâce aux nouvelles capacités techniques.

Entre-temps, plusieurs sociétés avaient commencé à travailler sur des jeux vidéo avec des environnements tridimensionnels, principalement dans le domaine des PC, obtenant des résultats différents de la « 2D et demi » de Doom, de la 3D complète de la boxe 4D à la 3D sur des environnements pré-rendu de Alone in Dark. En ce qui concerne les anciennes consoles 16 bits, sa plus grande et dernière réalisation serait produite par la SNES grâce à la technologie de pré-rendu 3D de SGI, à savoir ses jeux d’expression maximale comme Donkey Kong Country et Killer Instinct. Le premier jeu polygonal sur console a également vu le jour et le concurrent de la SNES, Mega-Drive, a lancé Virtual Racing, qui a connu un énorme succès, marquant un tournant dans le domaine des jeux en 3D sur console.

Rapidement, les jeux vidéo en 3D ont pris une place importante sur le marché, principalement grâce à la « génération 32 bits » des consoles vidéo : Sony PlayStation et Sega Saturn (principalement au Japon) ; et à la « génération 64 bits » des consoles vidéo : Nintendo 64 et Atari jaguar. Comme pour les ordinateurs, des accélérateurs 3D ont été créés.

La console de Sony est apparue après un projet initié avec Nintendo (appelé SNES PlayStation), qui consistait en un périphérique pour la SNES avec un lecteur CD. Finalement, Nintendo a rejeté la proposition de Sony, car Sega avait développé quelque chose de similaire sans succès, et Sony a lancé la PlayStation indépendamment.
Pour leur part, les arcades ont commencé un déclin lent mais régulier, à mesure que l’accès à des consoles et des ordinateurs plus puissants s’est accru.

D’autre part, les jeux vidéo portables, produits des nouvelles technologies les plus puissantes, ont connu leur véritable essor, rejoignant les machines Game Boy comme Game Gear (Sega), Linx (Atari) ou Neo Geo Pocket (SNK), bien qu’aucun ne puisse faire face à la popularité du Game Boy, celui-ci et ses descendants (Game Boy Pocket, Game Boy Color, Game Boy Advance, Game Boy Advance SP) étant les dominateurs du marché.

À la fin de la décennie, la console la plus populaire était la PlayStation avec des jeux comme Final Fantasy VII (Square), Resident Evil (Capcom), Winning Eleven 4 (Konami), Gran Turismo (Polyphony Digital) et Metal Gear Solid (konami).

Sur PC, les FPS (first person shooter games) comme Quake (id Softare), Unreal (Epic Megagames) ou Half-Life (Valve) étaient très populaires, et les RTS (real-time strategy games) comme Command & Conquer (Westwood) ou Starcraft (Blizzard). En outre, les connexions entre ordinateurs via Internet ont facilité les jeux multijoueurs, qui sont devenus l’option préférée de nombreux joueurs, et ont été à l’origine de la naissance des MMORPG (jeux de rôle multijoueurs en ligne) tels qu’Ultima Online (Origin). Enfin, en 1998, la Dreamcast (Sega) est apparue au Japon et a lancé la « génération 128 bits ».

Sony (PS2) et Microsoft (Xbox), les leaders du marché du jeu vidéo

En 2000, Sony a lancé la très attendue PlayStation 2 et Sega a lancé une autre console avec les mêmes caractéristiques techniques que la Dreamcast, mais avec un écran de 14 pouces, un clavier, des haut-parleurs et les mêmes commandes, appelée Dreamcast Drivers 2000 Series CX-1.

Microsoft entre dans l’industrie des consoles en créant la Xbox en 2001.

Nintendo a lancé le successeur de la Nintendo 64, le Gamecube, et le premier tout nouveau Game Boy depuis la création de la société, le Game Boy Advance. Constatant toujours qu’elle ne pouvait pas rivaliser, notamment avec une nouvelle machine comme celle de Sony, elle a annoncé qu’elle ne produirait plus de matériel, devenant seulement un développeur de logiciels en 2002.

L’ordinateur personnel est la plateforme de jeu la plus chère mais aussi celle qui permet la plus grande flexibilité. Cette flexibilité vient de la possibilité d’ajouter à l’ordinateur des composants qui peuvent être constamment améliorés, comme des cartes graphiques ou sonores et des accessoires tels que des volants, des pédales et des commandes, etc. Il est également possible de mettre à jour les jeux avec des patchs officiels ou de nouveaux ajouts effectués par la société qui a créé le jeu ou par d’autres utilisateurs.