Le site du jeu vidéo et du gaming
Le jeu vidéo, une passion

Consoles de jeu SEGA et historique de la marque

SEGA est un développeur japonais de logiciels et de matériel informatique dans le domaine des jeux vidéo. C’est l’une des marques de jeux vidéo les plus connues et les plus respectées au monde. SEGA a une longue histoire de succès sur les marchés des arcades et des consoles, mais depuis le lancement de la Dreamcast, elle se concentre dans la programmation de jeux vidéo et la fabrication de certains périphériques pour les machines d’autres sociétés.

Naissance et renaissance de SEGA

SEGA est la contraction de « SErvice GAmes ». L’entreprise, est née le 23 juin 1940 au cœur d’Honolulu par deux hommes d’affaires américains et la marque remonte au 1er septembre 1946.

SEGA est née de la fusion de deux sociétés : Service Games et Rosen Enterprises, Ltd. La première, dont elle prendra le nom (Service Games), était dédiée à la vente de juke-boxes pour les bases militaires américaines.

La seconde était une société d’importation d’art et d’autres produits fondée au Japon par Dave Rosen en 1953. Rosen importait des jeux d’arcade depuis 1956 et en avait placé 5 000 dans tout le Japon, mais il était de plus en plus désenchanté par les machines importées des États-Unis. Il a donc décidé de fabriquer ses propres jeux en fusionnant avec Service Games, dont est issue SEGA Enterprises, Ltd.

SEGA a lancé Rifleman, un jeu mécanique qui simulait des tirs d’armes à feu dans le Far West, et dès 1967, exportait des jeux aux États-Unis. Le premier succès de la société a été le Périscope (1968), un simulateur de sous-marin, et son dernier jeu mécanique a été le Jet Rocket (1970). Dès lors, SEGA s’est intéressé aux jeux électroniques et d’arcade, produisant au total 140 jeux différents de 1967 à 1979. En 1980, SEGA a acheté Gremlin, un fabricant de machines d’arcade, et est entré dans le monde des jeux vidéo domestiques en concédant des licences pour certains de ses jeux. À l’époque, la Paramount de Gulf & Western a racheté la société mais l’a vendue pendant la crise des jeux vidéo, une opportunité dont Rosen a profité avec quelques investisseurs japonais pour récupérer le contrôleur.

Sega Master System

Sega Master SystemAux États-Unis, la fabrication de machines à sous et de machines de jeu est devenue peu attrayante. Une diabolisation qu’ils ont résolue en s’installant dans un autre pays. Et un changement de décor qui a marqué une nouvelle nomenclature : Service Games of Japan.

Déjà établie à Tokyo, l’industrie est en plein essor et la marque ne tarde pas à conquérir les jeux d’arcades.

Les premières consoles de SEGA, SG-1000 et SC-3000 ont été lancés, deux systèmes nés avec l’idée de rivaliser pour le marché intérieur sans grand succès. Ce n’est qu’en 1984 que SEGA a fait un pari ferme avec la Mark III pour atteindre tous les foyers, mais la popularité de la NES a mis fin à tout espoir.

En 1986, SEGA a remodelé son Mark III et l’a transformé en ce qui est devenu le Sega Master System pour pénétrer les marchés américain et européen. Le résultat a été mitigé aux États-Unis, où elle n’a pas pu résister à la concurrence. Par contre en Europe, elle a remporté un grand succès se vendant plus que la console Nintendo dans plusieurs pays.

Sega Megadrive

En 1988, SEGA a décidé de miser sur l’innovation et a lancé la première console 16 bits sur le marché, la Sega Megadrive. Pendant la période de Noël 1989, la Megadrive avait réalisé des ventes spectaculaires, effaçant le PC-Engine du marché occidental.

Sega travaillait sur le Mark V, le successeur du Master System. Au départ, l’objectif était d’améliorer l’efficacité du système en déchargeant l’unité centrale de la charge de travail grâce à la prise en charge des puces graphiques, mais la Mark V devait rester une console 8 bits, peut-être à l’image de ce que NEC a fait plus tard avec son Turbografx (PC-Engine au Japon).

Cependant, des rumeurs selon lesquelles Nintendo travaillait déjà sur une nouvelle console de jeu 16 bits ont forcé le PDG de Sega, Hayao Nakayama, à retourner le projet et à se pencher sur la technologie qu’il utilisait.

Ainsi, après plusieurs prototypes avec lesquels ils ont finalement opté pour un processeur Motorola 68.000 7,68 Mhz et un Zilog Z80 3,51 MHz, ce second processeur a été utilisé pour assurer la rétrocompatibilité des jeux Master System plus tard avec Power Converter et pour gérer la puce sonore des jeux Mega Drive normaux.

Cette rétrocompatibilité a été dès le début une priorité pour l’équipe de conception de Sega. Cette carte était cependant plus ambitieuse selon Ishikawa, mais la nécessité d’ajuster les coûts de production a obligé à limiter la puce intégrée, et il y avait des limites importantes concernant sa grande sœur.

Hideki Sato, le concepteur du matériel de la console, a cependant réalisé une amélioration très substantielle par rapport à l’idée initiale de Mark V. Ce qui, à la fin, serait un succès par l’élection du microprocesseur, dans l’aspect de la conception du matériel, était supposé être un véritable défi, puisque la nouvelle élection du microprocesseur ne laissait guère de temps pour concevoir ce matériel complémentaire.

En fait, la fameuse puce VDP qui devait plus tard porter le MEGA-CD et que Nintendo a tant fait avec son nom commercial « Mode 7 » était initialement prévue pour être incluse dans le Mega Drive, mais une fois de plus l’augmentation des coûts, a obligé à l’abandonner. En d’autres termes, la palette de couleurs et la VDP, qui constituerait finalement le plus grand inconvénient technique contre le SUPER NINTENDO, ont dû être supprimées de la conception. En tout cas, cette équipe a eu peu de temps pour adapter concrètement ce nouveau matériel, à une époque où les équipes de développement de logiciels n’avaient pas leur mot à dire dans la conception du matériel.

Au cours des années suivantes, le Megadrive a concurrencé directement la Super Nintendo 16 bits de Nintendo.

C’est avec la Megadrive que naissaient des jeux emblématiques comme Sonic the Hedgehog, la mascotte actuelle de la société. Mario avait enfin un rival de taille. Pendant ce temps, le fabricant continuait à se présenter dans les jeux d’arcades comme le révolutionnaire Daytona USA. Les nouvelles innovations en 3D ont montré clairement que SEGA prenait toujours des risques, toujours mis à mal dans la guerre de la R&D. Le 32X ou le SegaCD en sont de bons exemples.

C’était l’époque des années d’or, avec des jeux comme Virtua Racing et Streets of Rage en tête. C’était l’époque des noms comme Yu Suzuki. Les années 90 convenaient à Sega, son attitude machiste – avec Altered Beast ou Golden Axe comme rempart – était loin du ton nettement enfantin du grand N rouge. Les accords avec Disney et les ports de haute qualité ont montré que celui qui voulait faire couler son rival devait se battre jusqu’à la mort.

Sega Saturn

Sega SaturnSega Saturn a été l’étape suivante de cette lutte. Comme le SEGA 16 bits, il a été le premier à passer au 32 bits avec son Sega Saturn, et a été récompensé au Japon par des ventes spectaculaires lors de son lancement en 1994.

Malheureusement, un nouvel acteur est apparu sur la scène. Sony, avec sa première PlayStation l’a rapidement dépassée en termes de ventes. Résultat : fin 1997, la console avait presque disparu, ne restant au Japon que jusqu’en 1999 grâce à des jeux basés sur les licences de différents mangas.

La Sega Dreamcast

Sega était en retard, mais restait ambitieuse. Après l’histoire décevante de la Saturn, SEGA a connu une grave crise financière, mais a eu le temps de faire une dernière consolation avant de quitter ce marché. La Dreamcast a vu le jour en 1998 et est arrivée en Europe et aux États-Unis en 1999. La machine à 128 bits était un pari à quitte ou double, mais SEGA a de nouveau perdu le jeu.

La Dreamcast était la dernière balle de SEGA, un chef-d’œuvre en termes de matériel – avec un modem intégré et de nombreuses aspirations pour le jeu en ligne – et un hymne à la liberté en termes de création.

Les utilisateurs n’ont pas été attirés par la puissance de la nouvelle console et sont restés fidèles à la PlayStation ou ont décidé d’attendre la sortie de la nouvelle PlayStation 2 pour mettre un pied sur le 128 bits.

Malgré cela, la Dreamcast s’est avérée être l’une des consoles avec le catalogue le plus solide de l’histoire, avec de magnifiques conversions d’arcade, des jeux inédits et spectaculaires. Neuf millions de consoles et plusieurs centaines de jeux ont marqué un horizon dont Microsoft a profité : Shenmue, Crazy Taxi, Jet Set Radio, Sonic Adventures, Ikaruga, Phantasy Star Online, ChuChu Rocket ! Des jeux visuellement étonnants, frénétiques et amusants. Des jeux qui se sont mal vendus, après tout.

L’échec commercial a imposé une réalité : si personne ne voulait de SEGA, SEGA se retirerait de cette guerre. Après une réunion en septembre 2000, les dirigeants ont conseillé d’abandonner l’activité des consoles. La société a refusé, il y a eu des évasions et des batailles juridiques, mais seulement six mois plus tard, la défaite a été annoncée : SEGA allait devenir une tierce partie. Et ses licences finiraient par être réparties entre Nintendo, le rival génétique, et Xbox, le débutant pour une entreprise où il n’avait même pas d’expérience.

La renaissance de SEGA

De nouveaux airs sont arrivés à SEGA. Sega Sammy Holdings, fondée en 2004, s’est progressivement développée en acquérant de nouvelles maisons de disques et des projets réussis, tels que le parc à thème SEGA Republic. Toshihiro Nagoshi, le père de la saga Yakuza, a reçu le soutien total de la société pour construire son nouveau Shenmue dans un style mafieux. Des classiques comme Super Monkey Ball se sont retrouvés sur le marché des smartphones.

L’entreprise est obligée de se restructurer : son siège social déménage de Tokyo à Shinagawa-ku, Haruki Satomi prend la direction, héritée de son père, et le célèbre Ian Curran prend la relève de John Cheng chez Sega of America.

Sonic est aujourd’hui un acteur à succès – son film a largement dépassé le détective Pikachu – et Yakuza 7 : Like a Dragon, l’un des bagarreurs les plus attendus – RPG de 2020, avec Humankind, un 4X ayant le potentiel de révolutionner le marché des jeux de dieu.

Conclusion

SEGA est bien plus que Sonic et bien plus que quatre lettres associées à de mauvaises ventes et à des productions tronquées. SEGA est immortel et il est impossible de comprendre l’histoire du jeu vidéo sans ces acteurs principaux.

Toutes les consoles SEGA

  • SG-1000 : Première console Sega, lancée en 1983. Plus tard, une mise à jour sera publiée sous le nom de SG-1000 2.
  • SC-3000 : Ordinateur personnel basé sur et compatible avec le SG-1000 Une mise à jour a ensuite été publiée sous le nom de SC-3000H.
  • Sega Mark III a été lancée en 1984.
  • Sega Master System : Refonte du Mark III lancé en 1986 pour le Japon et en 1987 pour les États-Unis et l’Europe. Plus tard, le Sega Master System II est apparu, une version moins chère du Master System qui était plus populaire que le premier. Au Brésil, un Master System III est apparu qui a incorporé le jeu Sonic dans la mémoire interne de la console.
  • Sega Mega Drive / Sega Genesis : Connue sous le nom de Mega Drive au Japon et en Europe et de Genesis en Amérique, la première console 16 bits lancée sur le marché est le plus grand succès de Sega.
  • Sega Mega CD : extension du Mega Drive pour lire les titres de CD, qui comprend des films interactifs et plus encore.
  • Mega Drive 32x : Une autre extension pour le Mega Drive qui a été annoncée comme quelque chose qui a transformé le Mega Drive en une console 32-bit. Il n’a pas eu beaucoup de succès.
  • Game Gear : La console portable de Sega qui a été lancée pour concurrencer le Game Boy, bien qu’elle soit bien meilleure techniquement avec un écran couleur et de bons jeux, le Game Gear s’est moins vendu en raison de son catalogue de jeux plus petit et de sa grande consommation de piles.
  • Sega Saturn : console 32 bits et lecteur de CD-ROM. Sa structure était très complexe, ce qui rendait sa programmation difficile, de sorte que plusieurs se désintéressaient peu à peu de la programmation pour ce système.
  • Sega Dreamcast : La dernière console Sega et la première de la mal nommée génération 128 bits, au Japon.